L'équipe CRAC
Conférences invitées

Fermer Informations générales

Fermer Conférences 2004

Fermer Conférences 2005

Fermer Conférences 2006

Fermer Conférences 2007

Fermer Conférences 2008

Fermer Conférences 2009

Fermer Conférences 2010

Fermer Conférences 2011

Fermer Conférences 2012

Fermer Conférences 2013

Fermer Colloques

Calendrier
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Conférences 2005 - D. Duvallet & E. Clément

Identification des manifestations émotionnelles au cours d’une activité de résolution de problèmes.



Conférencières:Delphine Duvallet & Evelyne Clément (Université de Rouen)

Date: 17 février 2005

Résumé: Les études concernant les aspects fonctionnels de l’émotion dans les processus de contrôle cognitif suggèrent que l’émotion pourrait avoir comme fonction de guider l’attention vers les informations pertinentes d’une situation (Öhman, Flykt & Esteves, 2001), de gérer les priorités entre différents buts conflictuels (Belavkin, 2001; Belavkin, Ritter & Elliman, 1999 ; Sander & Koenig, 2002), d’interrompre des plans d’action non pertinents en cours d’exécution (Oatley & Johnson-Laird, 1987), et de guider la prise de décision (Damasio, 1995). Dans le cadre d’une activité de résolution de problème, ces différents processus cognitifs sont nécessaires au changement de représentation, qui permet de sortir des situations d’impasse. Par conséquent, nous devrions observer des manifestations émotionnelles dans les impasses.
L’objectif de cette recherche est (i) d’identifier les manifestations émotionnelles dans une activité cognitive complexe, telle que la résolution du problème de la Tour de Hanoi à cinq disques (Anzaï & Simon, 1979), et (ii) de proposer un enrichissement du modèle des contraintes (Richard, Poitrenaud & Tijus, 1993 ; Richard & Zamani, 2003), en intégrant l’aspect fonctionnel de l’émotion dans la formalisation d’une activité de résolution de problème. L’émotion pourrait contribuer au changement de représentation, formalisé comme la modification de la liste de contraintes guidant les choix d’actions.
Dix-neuf sujets ont participé à cette étude. Les manifestations émotionnelles ont été appréhendées à travers trois de mesures : le nombre d’expressions faciales par minute, le niveau moyen de conductance cutanée, ainsi que l’amplitude maximale de l’activité de conductance cutanée (pic-to-pic).
Les résultats montrent que les expressions faciales et l’amplitude maximale de la conductance cutanée sont plus importants en phase exploratoire, lorsque le sujet est engagé dans la construction d’une représentation adéquate de la situation et se trouve confronté à des séquences d’actions inefficaces pour atteindre le but poursuivi. Ces deux mesures sont moindres dans la phase de planification, lorsque le sujet est davantage engagé dans une tâche d’exécution. Ce résultat suggère que l’émotion pourrait effectivement jouer un rôle dans les processus de contrôle cognitif à l’œuvre en situation de résolution de problème. Par ailleurs, au cours de la phase exploratoire, les mesures émotionnelles ne se manifestent pas de manière aléatoire. On les observe davantage au cours des situations d’impasse que dans le reste de la phase exploratoire, c'est-à-dire lorsque les séquences d’actions effectuées par le sujet lui permettent d’atteindre le but qu’il poursuit. Cela suggère que l’émotion pourrait contribuer à guider l’activité, notamment en relation avec le mécanisme de décision décrit par Richard et coll. dans le modèle des contraintes, et qui permettrait de modifier la liste de contraintes, c'est-à-dire de changer de représentation sur la situation.
D'autre part, le niveau moyen de conductance cutanée est moins important en phase exploratoire et, au cours de la phase exploratoire, il est moins important dans les situations d'impasse. Ce résultat est concordant avec ceux de Pecchinenda et Smith (1993) qui interprètent cette mesure comme liée à l’implication dans l’activité. Ainsi, la difficulté rencontrée dans la phase exploratoire, particulièrement en impasse, mènerait temporairement le sujet à se dégager de la tâche.
Cette recherche constitue une première étape en vue d’intégrer l’émotion dans le modèle des contraintes (Richard et coll.). Elle met en évidence l’intérêt d’utiliser un tel modèle cognitif, qui permet d’identifier les événements significatifs de la résolution et de les mettre en correspondance avec les manifestations émotionnelles.



Voir le vidéo de la présentation



(Si la vidéo ne fonctionne pas, voir les conseils techniques)

Date de création : 30/05/2006 @ 17:01
Dernière modification : 06/10/2007 @ 03:57
Catégorie : Conférences 2005
Page lue 4717 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
344 Abonnés
Recherche




Webmaster - Infos
Nouvelles RSS
^ Haut ^